Jean Josselin 2 janvier 2013
Je pense souvent à Jean de Gribaldy, il reste un très très grand du vélo et du sport bisontin, et bien au-delà…

C'était aussi un passionné de boxe. Il savait que quand on pratique la boxe et le cyclisme en professionnel, on est pas là pour rigoler. Il faut s’entraîner pour progresser, faire le métier sérieusement, c'est une obligation absolue. La boxe ne pardonne rien, et le vélo pas grand-chose non plus...

Jean a même organisé des combats de boxe à Besançon. Je me souviens d'un championnat de France à Thise, à la fin des années 50 il me semble, dans le grand hangar de l'aérodrome, avec Michel Lombardet le franc-comtois. Un combat qui s'était d'ailleurs terminé en bagarre générale, le public était mécontent de la décision de l'arbitre défavorable à Lombardet.


Jean m’a suivi tout au long de ma carrière. Il venait me voir boxer à Besançon et dans la région, mais aussi et très souvent au Palais des Sports de Paris, Porte de Versailles. Toujours incognito, on se voyait après le combat. De Gri était quelqu'un de discret. La classe. Peu bavard. Loyal, fidèle en amitié, abordable et d'une grande gentillesse. Et puis j'étais client chez "de Gri". J'aimais beaucoup aller dans son magasin de la Place du Marché. Boire un verre entre copains au bar, c'était tellement sympa cette ambiance. On y trouvait de tout, quelle merveilleuse époque.



NB : Membre du Ring Olympique Bisontin, Jean Josselin devient champion de France (1965 et 1968) et d'Europe des poids welters à deux reprises (1966 et 1969) mais échoue dans la quête du titre mondial face au texan Curtis Cokes le 28 novembre 1966.

Partager
©jeandegribaldy.com 2006-2017 © May not be reproduced without written permission
postmaster@jeandegribaldy.com