Joël Pelier Janvier 1987 / 2011 / 2013
Jean de GRIBALDY était quelqu’un qui luttait constamment. Il vivait à cent pour cent pour le vélo. Maintenant qu’il n’est plus là, on va s’apercevoir de la place qu’il occupait vraiment.

Je n’oublierai jamais que c’est lui qui m’a donné la possibilité de passer professionnel. S’il n’était pas venu me chercher, je serais encore sans doute amateur.

______________________________

14 Octobre 2011, Est-Républicain

Dans son atelier, une autre photo rappelle son autre vie, la jeunesse glorieuse d'un champion. L'homme sur le cliché, pourtant, ce n'est pas lui. En grand habit et bas de soie, trône pour l'éternité Jean de Gribaldy, dit "Le Vicomte", qui marqua pendant quarante ans le cyclisme français comme coureur et directeur sportif avant de disparaitre brutalement le 2 janvier 1987 dans un accident de la route, à Voray-sur-l'Ognon.

Un homme important dans la vie de Joël Pelier. Un source d'inspiration... Il assume l'hommage, ce petit fil ténu qui porte mémoire des jours heureux de triomphe : "Toutes mes coupes dorment dans des cartons, là-haut, au grenier... Mais cette photo c'est autre chose... De Gri m'a beaucoup apporté. Il m'a donné ma chance. S'il n'avait pas disparu aussi brutalement, je sais que je serais revenu dans son équipe après être passé chez Cyrille Guimard. Et c'est sous son maillot que j'aurais gagné mon étape du Tour de France...".



________________________

31 Janvier 2013, l'Alsace

Joël Pelier, vous avez été découvert par un grand monsieur du cyclisme franc-comtois, Jean de Gribaldy dit « Le Vicomte ». Quels souvenirs gardez-vous de lui ?

Un grand souvenir. Chez moi, il n’y a rien qui rappelle que j’ai fait du vélo sauf une chose qui fait partie de ma salle d’exposition : une photo du « Vicomte ». C’est un grand monsieur. J’y pense très souvent. Il m’a donné ma chance et il a été très attentif à ma carrière, aux valeurs que l’on peut acquérir et qu’il faut donner durant cette période. C’est inestimable, et cela m’a servi bien au-delà de ma carrière de cycliste.

Dans la vie, il ne faut jamais chercher à jouer un rôle. Je l’ai appris grâce aux conseils du Vicomte.

Partager
©jeandegribaldy.com 2006-2017 © May not be reproduced without written permission
postmaster@jeandegribaldy.com